Tu mourras moins bête – La science, c’est pas du cinéma !

Le résumé en très gros : Stevan Segal parviendra t-il à équilibrer l’équation stœchiométrique qu’il a sous les yeux tout en sautant en parachute de la ionosphère ?

Armée de son dessin, à mi-chemin entre Raiser et Luz, et d’un solide sens du questionnement tous azimuts, Marion Montaigne prend son petit bâton de pèlerin de la science pour nous délivrer son message : « la science c’est pas du cinéma ! ». Elle aurait pu intituler son livre « La techno c’est pas de la rumba » ou « tiens voilà du boudin  » mais cela aurait quelque peu dénaturé son propos et possiblement distrait le lecteur.
Forte de ce titre explicite, elle déroule une série de questionnements quasi-enfantins. Je défie cependant quiconque de ne pas s’être posé ce genre de questions il y moins d’un an. On citera : « Où dois je tirer sur un corps pour qu’il survive à la balle ? » ; « Quand pourra-t-on acheter des sabres lasers sur e-bay ? » ; « Pourquoi ne donne-t-on pas de parachute dans les avions? ». Toute une série de situations cinématographiques sont traitées comme celle de la taille des silencieux sur les armes de précision ou de la pertinence médicale quand au fait de se recoudre soi même en pleine jungle après s’être pris une demi douzaine de balles de Kalachnikov. La série « Les experts » est passée au tamis et il ne reste de cette dernière qu’un divertissement parsemé d’erreurs voire d’aberrations scientifiques. Malgré l’humour et le ton bon enfant, on sort un peu piteux de la lecture de cet album, en se disant que cinéma et télévision nous on fait avaler bon nombre de couleuvres irrationnelles depuis notre naissance. Un livre salutaire en toute droite provenance de la blogosphère.

Lafigue

PS : on peut retrouver les dernières planches de Marion Montaigne sur http://tumourrasmoinsbete.blogspot.com/

Pour en finir avec le cinéma

De quoi s’agit t’il : Blutch explore le cinéma et tente, à travers quelques gueules et scènes d’anthologies diverses, de comprendre ce qui irrépressiblement l’obsède dans le 7eme art.

Contrairement à ce que peut laisser croire le titre, Blutch est un fou de cinéma au point d’y consacrer un roman graphique. Son propos n’est pas de rédiger un essai théorique sur l’art cinématographique mais plutôt d’user des procédés du 9eme art pour exposer ce que représentent pour lui ces milliers d’heures consacrées à étancher sa soif d’images.
L’album est un peu comme une série de rushs visionnés sans montage particulier : pas d’histoire unifiante au fil des pages. Simplement les divagations d’un personnage, qu’il représente un peu usé par les années, franchement ravagé par de trop nombreuses séances dans les salles obscures, et pérorant ses considérations tantôt à sa femme tantôt à la face de pas grand monde.
Ce que révèlent ces quelques méditations est assez déroutant. Le cinéma n’est il pas finalement une activité qui consiste en dernière analyse à voir vieillir les acteurs ? Le cinéphile exercerait donc une activité sans guère plus d’intérêt que celle de parcourir un album de famille ? Est-ce là le simple point de vue plastique, réducteur, du dessinateur ? On pourrait le croire quand on découvre ses efforts déployés à dessiner, usant du trait large qu’on lui connait, sous toutes les coutures et à tous âges, Burt Lancaster ou bien Kirk Douglas. Pas aussi simple, quand on sait l’émoi que peut provoquer la disparition de certains acteurs : qui pourrait nier qu’il n’a pas été au moins une fois d’avantage affecté par la mort d’une vedette de cinéma que par celle de quelque proche. C’est cette proximité avec ces êtres de pellicule qu’interroge l’auteur, au travers d’une œuvre de prime abord déroutante, mais qui mérite largement un effort de lecture.

Lafigue

La condition des crabes – La marche du crabe

De quoi s’agit-il : Les crabes de l’estuaire de Gironde sont condamnés depuis des milliers années à marcher droit. Mais la jeune garde a décidé de renverser l’histoire.

On appréhende un peu en démarrant la lecture de La marche du crabe. On a en effet déjà vu bon nombres d’auteurs de BD ne pas hésiter à raconter les aventures d’une moule, d’un bigorneau voire d’une amibe pour les plus radicaux de la profession. Mais en général c’est un format de strip qui est utilisé pour ce genre décalé au cent millième degré. Trois cases sont suffisantes, une page à la rigueur pour savourer les aventures captivantes d’un mollusque et apprécier ses considération sur la crustacitude.

Arthur de Pins n’hésite pas. Après avoir réalisé un court métrage sur la même histoire en 2004 et remporté pour celui-ci le prix du public au festival du fim d’animation d’Annecy, c’est un album entier qu’il consacre aux aventures d’une espèce de crabe. Il se rajoute une difficulté : cette espèce est incapable de ne se déplacer autrement qu’en ligne droite d’avant en arrière, condamnée à ne voir que le même chemin toute sa vie de crabe, si tant est qu’existent des obstacles infranchissables aux extrémités de celui-ci. Cette contrainte de départ que s’impose le scénariste lui permet de dévider une histoire originale fourmillant de créativité. Son dessin bien reconnaissable, tout en ligne claire et aplats qui donne l’impression de collages multiples renforce le ton tragi-comique et absurde de la condition de ces petites créatures se faisant régulièrement malmener par des tourteaux, des homards, ou encore par des plagistes négligents susceptibles à tout bout de champ de les écraser avec leur pieds truffés de doigts.

L’auteur crée quelques personnages intéressants comme ce militant écologiste, barbu, toujours enthousiaste, sûr de lui et près à fournir une multitude de réponses savantes aux question que lui adresse sa progéniture. Bref le prototype du gars pour lequel on a du mal à en pincer (difficile de résister à un calembour parfois). Arthur de Pins parvient même à ménager un suspense terrible alors qu’une vertigineuse révélation en forme de questionnement existentiel est faite au lecteur en fin de ce présent volume.

Un long métrage adapté de cette série est en préparation. En voici le teaser.

Lafigue


LA MARCHE DU CRABE TEASER 01 VF par Mister3ZE