Mélodie d’El Raval – Jazz Maynard

Tons sombres, ligne claire et épurée, stylisation des visages, scènes d’actions au dynamisme et à la violence proche de l’univers manga, le dessin de Roger s’impose comme une des innovations du moment. Un scénario qui fait la part belle à l’action sans pour autant négliger la composition des personnages.

L’histoire gagnerait néanmoins en profondeur et en effet si elle approfondissait la noirceur des personnages et si elle poussait le roman noir dans ses extrémités. On aurait aimé entendre la voix-off du héros et il est dommage que l’histoire ne fasse pas une plus belle part à Barcelone dont on ne sait finalement plus très bien pourquoi elle a été choisie comme cadre de l’action.

Lafigue

Si vous avez raté le tome 1, en voici la bande annonce…

Casiers judiciaires

Une des meilleures poilades de cette année que cet assemblage de cases remplies de prévenus chez qui la case fait souvent défaut. Le contraste, entre la langue soutenue et jargonesque des procureurs, juges et avocats et la langue d’un registre plus courant des mis en examen, provoque déjà un sourire avant que celui-ci ne dégénère en franche rigolade à la plupart des chutes.

Contredisant la lenteur légendaire de la justice, infractions, petits délits, délits moyens et crimes ordinaires (pas d’homicide pour l’instant) sont instruits chacun en six case. N’oublions pas les outrages à la cour que ne manque que très rarement de commettre, volontairement ou pas, la faune qui se présente dans les salles de ces tribunaux. La bêtise des inculpés est sans cesse renouvelée et on ne côtoie jamais d’innocents ou de victimes d’erreur judiciaires à la barre. Et c’est souvent assez dubitatifs ou interloqués que le personnel judiciaire s’adonne à sa tâche.

On ne se lasse pas de cette succession de dessins de gros nez subtilement rehaussés tantôt d’un poireau tantôt d’un furoncle. On apprécie en fin connaisseur ces culs de bouteilles sans yeux et tous ces physiques ingrats qui comparaissent.

La sentence est sans appel : il nous faudra nous morfondre un an avant la parution du prochain album.

Lafigue