Le sanctuaire du Gondwana – Blake et Mortimer

Ce qui est agréable avec Blake et Mortimer, c’est qu’on sait ce qu’on va y trouver quand on ouvre n’importe lequel des albums de la série : de la grande aventure, des civilisations perdues, de l’archéologie, des innovations scientifiques, du mystère, du thé à 5 heures, de la coopératons entre le MI5 et le MI6, un soupçon de nostalgie pour l’Empire Britannique, de la ligne claire belge, pas une seule pincée d’humour belge et enfin Olrik.

Cet épisode ne déroge pas à ces règles de bases. Alors bon cru ? La machination Voronov et le contexte de guerre froide se calait parfaitement à la série et c’est probablement le plus réussi des albums réalisés par Sente et Juillard. Dans Le sanctuaire de Gondwana (très bon titre) on apprécie les ingrédients qui font le succès de la série mais une pointe un peu plus policière et un peu moins archéologique n’auraient pas fait défaut à cette histoire dont on apprécie cependant pleinement le développement.

Lafigue

Les funérailles de Luce

Entre descriptions contemplatives, évènements graves de la vie et conte onirique, Springer révèle les dures lois de l’existence à l’enfance…

Elle commence joliment cette histoire. Une petite fille et son grand père partagent tous les petits moments que peut offrir une vie calme et un peu retirée dans une campagne française. Collecte matinale des oeufs au poulailler , chasses aux papillons, grenadines au PMU du coin…une vie paisible. Mais la toute jeune Luce découvre ce que découvrent un jour ou l’autre tous les enfants. Avec la vie, il y a la mort et celle-ci n’a que faire des terreurs enfantines. C’est trop injuste et c’est ainsi.

Springer utilise habilement son pinceau. Tantôt mouillé et délié, tantôt sec et plein, il donne le volume, la lumière et une couleur au noir et blanc de ses planches. Les expressions des visages par exemple sont parfaitement rendues. A ce titre, la scène du chat mangeant sa gamelle dans la cuisine est particulièrement réussie. En apparence anodine et n’ajoutant pas d’information cruciale au scénario, on pourrait se laisser dire que le dessinateur n’a fait que s’offrir le plaisir d’une petite scène bucolique. Au contraire, au delà d’installer un climat, le moment où le chat regarde en dehors du champ de la vignette est saisissant. Quelque chose l’a distrait ? Pressent-il un évènement ? La fixité de son regard est effrayante et nous rappelle à des peurs que le quotidien se charge d’enfouir.

La faucheuse est représentée par un homme nu accompagné d’une petite fille voilée qui apparaissent régulièrement. L’héroïne est bien sûr la seule à les voir. Une à deux apparitions de moins auraient peut être été préférables car il est facile pour le lecteur d’incliner vers le fantastique. Cependant ces apparitions sont là semble t-il pour montrer que la mort n’a rien d’effrayant pour qui ne la connait pas. elle est juste nouvelle et ne fait qu’exciter la curiosité.

Dommage que l’auteur ait ressenti le besoin d’expliciter son propos aux travers de dialogues sur la mort entre Roger et Mme Roserin. Cet échange qui vient vers la fin alourdit légèrement l’histoire, avant un dénouement qui lui en revanche est parfaitement réussi et éclatant. Beauté et Tragique sont à notre porté grâce à ce très bel album.

Lafigue

De Gaulle à la plage

Quand t’es dans le désert depuis trop longtemps tu te demandes à quoi ça sert disais l’autre. Le libérateur des français détaché de son destin national depuis 10 ans décide donc de partir à la plage accompagné de tante Yvonne et de son fidèle Lebornec.

Ainsi donc De Gaulle précède l’histoire en goutant aux joies balnéaires. Conscient de son rôle et du devoir de sa charge, il soliloque, déclame à tous les vents marins et invoque la France devant d’insouciants plagistes.

Aucune situation n’est épargnée au héros. La grandeur dignitaire du personnage en prend un coup et génère à chaque strip un gag réussi. Tenues de plage, matages des filles en maillot par l’homme du 18 juin, rapports avec tante Yvonne, relations avec la presse : cela désacralise sévère. Cependant comme tout personnage entier, De Gaulle, altier dans sa stature, reste imperturbable.

L’album de Ferri coloré par Patrice Larcenet présente un humour constant. On rit vraiment à chaque page et même plusieurs fois par page. L’idée de la couleur tramée peut surprendre. Mais après tout, cette escapade à la mer est censée se dérouler en un temps où le papier n’était pas encore aussi luxueux.

La quatrième de couverture présente les albums qui sont censés déjà exister. Et là, c’est la déclinaison des Martine : Martine à la plage, Martine s’achète un taille crayon etc.. Il a des aventures tout le temps ce fameux et trépident Charles. Les tintinophiles apprécieront aussi le petit dessin, clin d’œil à « On a marché sur la lune ».

Moi je dis juste : « vite ! Un autre ». Pour les impatients il y a quelques nouvelles planches parues dans le hors série de Pilote spécial mai 68.

La Figue