Les funérailles de Luce

Entre descriptions contemplatives, évènements graves de la vie et conte onirique, Springer révèle les dures lois de l’existence à l’enfance…

Elle commence joliment cette histoire. Une petite fille et son grand père partagent tous les petits moments que peut offrir une vie calme et un peu retirée dans une campagne française. Collecte matinale des oeufs au poulailler , chasses aux papillons, grenadines au PMU du coin…une vie paisible. Mais la toute jeune Luce découvre ce que découvrent un jour ou l’autre tous les enfants. Avec la vie, il y a la mort et celle-ci n’a que faire des terreurs enfantines. C’est trop injuste et c’est ainsi.

Springer utilise habilement son pinceau. Tantôt mouillé et délié, tantôt sec et plein, il donne le volume, la lumière et une couleur au noir et blanc de ses planches. Les expressions des visages par exemple sont parfaitement rendues. A ce titre, la scène du chat mangeant sa gamelle dans la cuisine est particulièrement réussie. En apparence anodine et n’ajoutant pas d’information cruciale au scénario, on pourrait se laisser dire que le dessinateur n’a fait que s’offrir le plaisir d’une petite scène bucolique. Au contraire, au delà d’installer un climat, le moment où le chat regarde en dehors du champ de la vignette est saisissant. Quelque chose l’a distrait ? Pressent-il un évènement ? La fixité de son regard est effrayante et nous rappelle à des peurs que le quotidien se charge d’enfouir.

La faucheuse est représentée par un homme nu accompagné d’une petite fille voilée qui apparaissent régulièrement. L’héroïne est bien sûr la seule à les voir. Une à deux apparitions de moins auraient peut être été préférables car il est facile pour le lecteur d’incliner vers le fantastique. Cependant ces apparitions sont là semble t-il pour montrer que la mort n’a rien d’effrayant pour qui ne la connait pas. elle est juste nouvelle et ne fait qu’exciter la curiosité.

Dommage que l’auteur ait ressenti le besoin d’expliciter son propos aux travers de dialogues sur la mort entre Roger et Mme Roserin. Cet échange qui vient vers la fin alourdit légèrement l’histoire, avant un dénouement qui lui en revanche est parfaitement réussi et éclatant. Beauté et Tragique sont à notre porté grâce à ce très bel album.

Lafigue

Modus Vivendi – Le Tueur

Quoique fassent leurs auteurs, il sera sans doute à jamais impossible d’égaler le choc que fut le premier tome de cette série désormais solidement campée dans les rayons des libraires. Oser faire d’un tueur professionnel le héros d’une série, il fallait l’envisager. Réussir à faire entrer le lecteur dans l’univers mental d’un reptile à sang froid, il fallait l’essayer.

Les auteurs y sont plus que parvenu. Pour le tueur l’homme est bel et bien mort que ce soit depuis Auschwitz ou depuis un certain Marc Dutroux. Alors qui tue il ? Rien d’autre que d’autres prédateurs dont il ne sait rien. C’est la règle. Son activité n’est qu’une activité commerciale pas plus blâmable qu’une autre qu’il mène seul, sans exploiter personne. En 6 volumes parus, le nihilisme du tueur nous est devenu familier et on pourrait même sympathiser avec lui à une terrasse de café.

Fallait il entamer un nouveau cycle ? Oui car premièrement un tueur ça manque quand il n’y en a pas. Deuxièmement c’est l’occasion pour un scénariste de se surpasser (le nouveau cycle de Thorgal par exemple a donné un bon second souffle à une série qui dépérissait un peu). Pour réussir le pari, il a fallu accélérer le rythme de l’histoire, plus lent dans les 5 premiers volumes. Cependant les auteurs ont réussi à conserver une mise en page faite de grande vignettes. Les teintes en à-plats demeurent somptueuses et cadrent parfaitement avec la froideur apparente du personnage.

Si le tueur commence à perdre les pédales, encourageons Matz et Jacamon à en mettre un grand coup pour nous livrer la suite.

Lafigue