1914-1915-1916 – Putain de guerre !

Oubliez Nestor Burma un instant et ouvrez « Putain de Guerre » : mieux qu’un cours d’histoire tant Tardi a apporté de soin à détailler la vie des poilus. Dans « C’était la guerre des tranchées », Tardi avait fait le choix de traiter des histoires individuelles, chacunes symptomatiques des thèmes de la Grande Guerre : rôle des gendarmes, « bavures » de l’artillerie, desertions etc. Ce prisme renforçait la proximité du lecteur avec ces soldats et n’en rendait que plus atroce la grande boucherie.

Ici on revient à un traitement plus classique dans un ordre chronologique. Chaque planche est découpé de manière invariante en 3 strips. Chaque année est traitée à part égale avec le même nombre de pages pour être chacune complétée d’une documentation réalisée par Jean Pierre Verney. Seule la couleur évolue tout au long du récit. Colorées et bariolées pour l’annee l’année 14, des planches vives illustrent une guerre qu’on croit fraîche, joyeuse et destinée à être courte. C’est encore une guerre de mouvement. Au fur et à mesure, les couleurs s’estompent pour aboutir à un gris uniforme symbolisant, l’enterrement des armées au fond des tranchées, l’enlisement du conflit et la lassitude des troupes.

Pas de héros ou d’intrigue dans cette histoire puisque nous sommes dans une guerre de masse où c’est le hasard qui fait son tri entre les morts et les rescapés. Simplement une œuvre pour maintenir vivace le souvenir de ce conflit au moment où le dernier de ses représentants français vient de mourir.

Mum is dead – The autobiography of a Mitroll

Difficile de croire l’avertissement donné par Bouzard, sur la première planche de cette Autobiography of a mitroll : son propos n’est pas de faire rire. Et on est à deux doigts de le croire quand il commence à aborder l’agonie de sa mère. On se dit qu’il va nous écrire son Combat Ordinaire à lui.

Pourtant pour qui a déjà lu ses planches dans So Foot, il est facile d’imaginer que Bouzard ne peut pas nous emmener sur les rives du journal intime et se contenter de nous livrer ses tourments personnels. Et c’est ce qu’il ne manque pas de ne pas faire. L’agonie de sa mère tourne vite au gag et à la farce. Il détourne la sempiternelle quête fantastique, parfois bien encombrante dans la bande dessinée aujourd’hui, en une odyssée comique vers la Bretagne, repaire supposé des trolls dont le héros serait un rejeton.

Les trouvailles ne manquent pas pour faire rire le lecteur. Quiproquos, échanges ironiques entre le héros et sa compagne. On appréciera particulièrement la démagogie de son chien fainéant, compagnon du voyage, auprès des bigoudènes pour obtenir des renseignements. Au bout du début de cette histoire loufoque, l’auteur parvient même à nous tenir en haleine.
Vite ! La suite.

Lafigue

Les révolutions – Le retour à la terre

Bougre de saperlipopette à la graisse de Karacho. Encore un album de Manu Larcenet qui ne me laisse pas d’autre choix que d’encenser son auteur, ses talents de conteur et son dessin. Les gens vont finir par croire que Larcenet paye l’hébergement de ce site.

C’est que manier l’humour et la tendresse et faire de chaque « Retour à la Terre » un recueil de gags poétiques et joyeux n’est pas à la portée de tout le monde. De plus, au bout du cinquième tome de cette série, les personnages nous sont devenus plus que familiers : Manu, Mariette, Madame Mortemont, Monsieur Henri, l’Ermite, Coquelot le maire des Ravenelles usant de discutables méthodes de campagne éléctorale, ou bien encore Ferri, scénariste de la série, qui fait un passage très remarqué dans cet album.

Manu, toujours aussi peu sûr de lui même, assure quand même cahin caha ses obligations paternelles tout en assurant son travail de talentueux dessinateur de BD. Le processus créatif est cependant assez déconcertant chez lui : on se demande comment peuvent fuser les idées après trois heures consécutives devant « la Nouvelle Star ». Ferri a sa méthode pour que la muse inspiratrice vienne le taquiner : il se fait enfermer dans la cave de la maison.

Je sais donc ce qu’il me reste à faire. Je cumule les deux méthodes en les poussant à leur maximum : je m’enfile toutes les saisons de la Star Academy enfermé dans un placard et sûr que demain je ponds « Objectif lune » ou « Les Idées Noires ».

La figue

Au fond ce sont les auteurs qui en parlent le mieux…